4 impasse de la Gaîté 75014 Paris

14 rue Phanie Leleu 95150 Taverny
À domicile et lieux de travail

Jennifer

Tel (0)6 37 14 56 66

Greg

Tel (0)6 59 98 65 19

Imanol

Tel (0)6 09 57 75 02

Johnatan

Tel (0)7 81 77 85 51

contact

© 2015 by D-Care Concept. 

  • Facebook - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
  • Facebook - White Circle

Pleine conscience ?

March 28, 2016

 Illustration tirée du merveilleux film "The Truman Show"

 

Avant-propos :

 

De manière à maintenir un cadre d’expression intelligible, certaines définitions personnelles vont suivre, pour préciser des idées qui pourraient, ici, n'incomber qu'à moi seule. Si je vous demande « Qu’est-ce que la Tête ? », vous m’offrirez votre réponse, et elle sera différente de la version de la Tête proposée dans cet article. Aussi, je vous livre ci-dessous quelques exemples phares des définitions se cachant derrière les termes que j’ai coutume d'utiliser.

 

Une idée de la Pleine Conscience

 

  • la Tête : le domaine des expériences enregistrées

  • le Cœur : le domaine de l’amour et de l’épanouissement

  • le Ventre : le domaine des vibrations, des expérimentations et de la recherche

  • la Peau : le domaine de la sensualité, de la douceur

  • le Sexe : le domaine de la reproduction et de la jouissance charnelle

  • la Pensée* : le domaine des réflexions, des croyances, de l’imagination

 

*appelée Conscience Individuelle par divers courants d'étude. Par expérience, chaque part de l'être a sa conscience de ce qui est défini comme l'individu. Elles sont autant capables de croire la Pensée que de la réfuter, en ce qui concerne l'identité.

 

Chacune de ces représentations est dotée d'une conscience qui lui est propre. Nous pouvons communiquer avec un nombre de parts de soi indéfini, et chacune d’elles représente une idée pouvant varier d’un individu à l’autre – notamment à travers différentes cultures. Le terme de Conscience est un exemple flagrant de ce que la culture occidentale continue encore de transmettre, avec imprécision.

 

Au regard de mes expériences de la transe hypnotique, je dirais que la Pleine Conscience vise à accorder parole et légitimité à chaque part de l'être, et à définir un juste milieu pour dégager une décision charnière. En effet, chaque conscience souhaite défendre son bout de gras. D’où les déséquilibres que nous connaissons.

 

Exemple : Si une situation X est très plaisante pour la Peau, elle peut être mal vue par la Tête pour une raison que la Peau, elle, ne comprend pas ou n’admet pas comme valable. La Tête instaurera donc une stratégie pour défendre sa cause, et la Peau fera de même. Le coup de marteau tombera en faveur de telle ou telle stratégie, selon le poids des arguments.

 

La Pensée peut invoquer la mémoire des perceptions, toutefois elle n'est pas directement en contact avec elles et passe à côté de bien des choses, lorsqu'elle se prélasse dans l’abstraction de ses réflexions. Elle est la professionnelle du « Oui, mais... » tant elle est en forme lorsqu’il s’agit d’inventer tout et son contraire, pour se donner l’impression de suivre une voie sans tergiverser. Les Occidentaux sont passer Maîtres en la matière, et lorsque l’on prend soin d’écouter d’autres parts de soi, c’est à se demander si le terme « Lumières » n’aurait pas été une petite plaisanterie. Toutefois, la Pensée a le pouvoir de créer, d’imaginer des scénarios, de décider d’expérimenter l'inexploré. Elle offre donc des possibilités immenses de réponse pour contredire une expérience passée et réorienter l'Intuition.

 

Le fait est que le reste du corps, lui, est présent et – fort de son intelligence intuitive – il veille au grain. Si la Pensée veut encourager ou décourager une situation à se produire, le pouvoir de l’Intuition sortira sa calculette et vérifiera les dires à la loupe. Si ce que veut la Pensée est considéré comme valable et stable, il animera le corps de joie, d’énergie, de vitalité et alimentera les réflexions d’une créativité riche des meilleures idées ! Dans le cas contraire, si la Pensée s’invente un monde de pataquès en le faisant passer pour clair, le pouvoir qui échappe à cette forme de conscience abstraite va trouver un vocabulaire de plus en plus grossier pour exprimer son mécontentement.

 

Comportements destructeurs, désordre social, déséquilibres chimiques et pathologies plus ou moins sévères voient alors le jour. Les émotions et ressentis sont des avertissements, des panneaux de signalisation. Et si ces émotions ne sont pas prises en compte, ou bien qu’elles ne sont pas acceptées ou correctement traduites, PAF ! La chimie du corps prend le contrôle pour décourager une situation, afin d’en dégager une plus profitable.

 

Pourquoi ni l’Intuition, ni la Pensée n’ont absolument raison ? Pour ouvrir son cadre, la Tête a besoin d’expériences. Tant que la Pensée ne lui aura pas fourni d’exemples suffisamment vivants, vibrants, pour envisager une autre façon de voir les choses, passez-moi l’expression : la Tête n’en fait qu’à elle ! Et brime bien souvent les autres consciences de l'être intégral. C’est ce qui arrive lorsque l’on vit à la fois du soulagement et un grand vide. Et, dans cet exemple, c’est un joli rôle pour la Pensée que de fournir une expérience prouvant que ce vide n’a pas lieu de s’éterniser.

 

Une vue de l'esprit consiste à séparer l'Inconscient et le Conscient. Ce qui peut entrainer des jugements erronés quant à leurs capacités respectives. D'où certaines réticences à venir fouiller de ce côté-ci ou de l'autre de soi. Les rêves sont utiles pour vivre des expériences déjà vécues sous une forme différente, pour qui se souvient de ses rêves au réveil, c’est un must pour mettre le doigt là où il y a une limite à dépasser. On fournit alors une réflexion profonde pour contredire l’expérience, et le rêve suivant l’intègre pour le faire vivre et le ranger. Et ainsi de suite. L’état d’hypnose est utilisé professionnellement à ces fins, sans avoir besoin de plusieurs nuits de sommeil révélateurs que la Pensée n’est pas toujours apte à déchiffrer au réveil.

 

Réflexion ou Intuition, de quoi sont capables ces deux merveilleuses instances lorsque l’on cesse de les séparer ? Comment réagit le corps lorsqu'il subit une telle fragmentation et un tel déni des consciences plurielles qu'il héberge ? Jusqu'où peuvent aller nos capacités en admettant que nos consciences sont infinies ?

Please reload

Please reload