Le Stress


Ce mot possède une étymologie très riche et intéressante :

De l'anglais "stress" (effort, intense), issu du moyen français "destresse" (contrainte, détresse), lui-même issu du vieux français "estrece" (étroitesse, oppression), qui vient du latin "stringere" (serrer, comprimé), lui même venant du grec ancien "strangulo" (étrangler), remontant encore plus loin de l'indo européen "ster " (ligne, rayure)

Le stress

C'est un phénomène que tout le monde connaît... depuis l'enfance.

La veille d'un examen, juste avant un entretien d'embauche, quand on s'aperçoit qu'on est en retard et qu'alors d'un coup, on se sent pressé...

Souvent, c'est une boule au ventre qui est ressentie ou un nœud dans la gorge. Tout le monde connaît cette sensation. En imaginant, chacun est capable de la ressentir dans le corps.

Ce qui - pour nos ancêtres des cavernes - était un véritable outil de fuite face à une situation, se révèle de nos jours relativement handicapant, un stimulateur souvent mal utilisé.

Biologiquement, c'est une réponse de l'organisme qui subit une pression de la part de l'environnement.

Dans une situation stressante, le cerveau envoie un signal dans le corps pour libérer de l'adrénaline. Là, le rythme cardiaque augmente... et la respiration s'accélère. Le sang circule plus vite... et la température qui monte dans le corps se fait ressentir de plus en plus. Ce qui apporte plus d'oxygène dans le cœur et les muscles.

Alors, comment réussir à se libérer de la sensation négative, et de quelle façon est-il possible de la transformer en une énergie dynamisante ?

Dans un premier temps, il y a besoin de localiser la partie désagréable de la sensation dans le corps, de manière à bien la séparer, la dissocier de sa fonction positive. Par exemple, un nœud à dénouer, ou le poids d'une boule à libérer.