Libres et inégaux


D’où proviennent les sentiments de honte, de frustration, d’insatisfaction permanente, de jalousie, de colère… ?

D’une incohérence fondamentale, laquelle se trouve liée à quelques croyances fortes sur comment nous devons être et nous comporter, chez nous, en nous, en société…

En consultation, rares sont les individus qui souhaitent effectuer un changement qui sera radicalement condamné par autrui. Pourtant, au fur et à mesure de l’échange, ils y viennent avec de plus en plus d’assurance. Ils s’affirment.

Qu’est-ce qui s’affirme au juste ? Une entente entre le bon sens individuel et le sens commun.

Nos sens sont parfaits pour évaluer notre environnement, et ne limitent que les extrêmes.

Ainsi sont-ils en mesure de décréter qu’il est préférable de porter des gants pour sortir une plaque du four. Que sortir nu par temps enneigé est une idée intéressante sur le court terme. Que fumer peut polluer. Qu’écouter de la musique au-delà d’un certain volume est nocif etc. Nos sens jugent le danger. Quant au reste et bien, pour eux c’est de l’option de vie, de l’objet de curiosité, d’expérimentation.

Ainsi, chaque jour depuis notre plus tendre enfance, sommes-nous poussés par nos sens à découvrir un maximum de ce que nos environnements ont à offrir.

Alors, que se passe-t-il lorsqu’un individu extérieur nous dit « Non » ? Qu’il nous interdit une expérimentation par la voie de l’autorité ou de la condamnation « Sinon, je te punis. » ?

Nos sens captent alors un danger dans l’intonation, la posture, les gestes, l’énergie de cette personne qui semble avoir le maître mot en toute circonstance. Ils captent qu’une conscience extérieure cherche à pénétrer notre monde intérieur pour y apposer son droit de véto. Danger. C’est un rejet immédiat pour la part du cerveau chargée de traduire les influx sensoriels. Un « non » punitif ne permet pas d’expérimenter. Un « non » déchargé de toute explication impliquant nos sens, telle que « le four est très chaud, et lorsque la peau le touche, elle se colle par l’effet de la chaleur et entraine de graves détérioration des tissus, tu auras terriblement mal et tu seras incapable de te servir de ta main pendant une semaine. Tu verras plein de cloques gonfler sous ta peau et cela entrainera des cicatrices. ». Un « non » nerveux mais souvent dénué de signes non-verbaux évoquant un danger avéré par expérience.

Comment notre esprit traite ensuite ce ge